There Will Come Soft Rains

avril 5th, 2018 § 0 comments

L’exposition There Will Come Soft Rains traite à la fois de la thématique des voyages intertemporels et de la réalité de l’anthropocène. Sur la base d’un scénario fictionnel, sept artistes plasticiens sont envoyés dans le futur, avant de revenir dans le présent pour présenter leurs témoignages. Marcela Armas, Carolina Caycedo, Julian Charrière, Andreas Greiner et Tyler Friedman, Jeronimo Voss, Pinar Yoldas sont invités à réaliser de nouvelles productions rendant compte du monde qu’ils ont découvert lors de leur incursion en l’an 2318, soit 200 ans après le début de l’exposition.

Andreas Greiner and Tyler Friedman

Andreas Greiner & Tyler Friedman, The Molecular Ordering Of Computational Plants, 2018, Installation view basis 2018, Photo: Nathalie Zimmermann

 

Uriel Orlow, Remnants of the future

Uriel Orlow, Remnants of the Future, 2010, Installation view basis 2018, Photo: Günther Dächert

 

Superflex -Flooded McDonald's

SUPERFLEX, Flooded McDonald’s, 2009, film still, HD video, colour, sound, 21:00 min., copyright the artists

 

Andreas Greiner and Tyler Friedman, The Molecular Ordering of Things

Andreas Greiner & Tyler Friedman, The Molecular Ordering Of Computational Plants, 2018, Installation view basis 2018, Photo: Nathalie Zimmermann

 

Marcela Armas, TSINAMEKUTA

Marcela Armas, TSINAMEKUTA, 2018, Installation view basis 2018, Photo: Frithjof Kjer

Représentatif de leurs pratiques artistiques alliant poésie, fiction et recherche interdisciplinaire touchant l’architecture, l’archéologie, la géologie ou encore la biologie, les œuvres d’art évoquent à la fois les thèmes du nucléaire, de la bio-étique, de nouveaux organismes et d’une archéologie du futur.

Celles-ci sont présentées dans chaque salle du musée à la manière d’une exposition de science-naturelle. En plus d’une scénographie pensée pour l’exposition, les artistes sont invités à interagir avec l’espace donné. Dans une salle du musée aménagée en espace de projection est présenté une archive vidéo, supposément trouvée par les curateurs lors de ce voyage vers le futur. Les films de Hicham Berrada, Galina Leonova, Uriel Orlow, Maria Pfeifer et Superflex projetés en loop, y rendent compte des potentiels raisons de la disparition de l’humain.

Ainsi, au contraire des scénarios post-humains, prévoyant une ère de cyborgs ou d’extraterrestres, fréquemment développés en science-fiction, TWCSR imagine un monde dans lequel l’humain aurait disparu de la terre, du fait de sa propre activité. Ce changement de perspective entraine l’imagination dans des recoins peu explorés et amène parallèlement de manière indirecte à une prise en compte des risques environnementaux provoqués par nos modes de vie.

Exposition du 16 février au 15 avril 2018

basis e.v. 
gutleutstrasse 8-12
60329 frankfurt am main
Germany

Informations et documentation sur l’exposition http://softrains.org/

Tagged , , , , , , , , , ,

Comments are closed.

What's this?

You are currently reading There Will Come Soft Rains at art-werk.

meta