Shirin Yousefi

Interview
By

Interview "Soft Rains / Futurs Incertains"

Shirin Yousefi

Interview "Soft Rains / Futurs Incertains"

Shirin Yousefi, Musers, ON THE ROAD, CARAVAN, Aarau Kunsthaus, 2018

Shirin Yousefi, Musers, ON THE ROAD, CARAVAN, Aarau Kunsthaus, 2018

Comment qualifierais-tu l’influence des problématiques sociales et économiques dans ton travail ?

Shirin Yousefi (SY): Elles peuvent avoir un impact conceptuel. Cela dit, il existe un décalage temporel et spatial entre l’actualité et mon travail. En effet, je ne ressens pas forcément l’intérêt ou le besoin de parler de ces problématiques de manière systématique. En ce sens, je ne me considère pas comme un médium de diffusion. Lorsque ces problématiques ne se présentent pas comme un concept au cœur-même du projet, elles conservent leurs influences dans le processus de travail et le choix formel.

Au cours de la dernière décennie, le lien entre art et science a été un sujet fréquemment discuté. Dans ce contexte, l'art a souvent été considéré comme un outil efficace pour la production de formes alternatives de connaissance. Comment perçois-tu cette idée ?

(SY): Il me semble que la production de formes alternatives a toujours été l’extraction idéale de l’art. Je pense fermement que la croissance de ces formes de connaissance est proportionnellement reliée au développement de la science sur la dernière décennie.

Shirin Yousefi, Musers, ON THE ROAD, CARAVAN, Aarau Kunsthaus, 2018

Shirin Yousefi, Musers, ON THE ROAD, CARAVAN, Aarau Kunsthaus, 2018

Est-ce que pour toi la science peut-elle sauver l’humanité ? Quels types de découvertes te paraîtraient probants pour cela ?

(SY): Je ne crois pas au sauvetage de l’humanité à proprement parlé. Si nous devons discuter de sauvetage, il faut prendre en considération tout un ensemble d’éléments vivants. En effet, bien qu’il est tangible de parler d’intelligences artificielles, de colonisations spatiales et autres lorsque nous réfléchissons aux solutions pour l’humanité, je pense surtout qu’il est essentiel de s’investir à une échelle plus large, de la bactérie microscopique au réchauffement climatique global. C’est à cet égard, à mon avis, les découvertes scientifiques de la dernière décennie jouent un rôle majeur. Du boson de Higgs à l’impression 3D, je crois que chaque découverte scientifique à le potentiel d’être un pas de plus vers une planète meilleure.

A quel niveau l'art peut-il, selon-toi, contribuer aux changements sociaux et écologiques ?

(SY): L’art contemporain ou, autrement dit, l’art qui se produit ayant le lien avec son temps est une collaboration étendue et diversifiée impliquant différents corps de travail. Etant l’un des protagonistes dans les évènements d’aujourd’hui, l’art est une unité active et dynamique susceptible d’opérer des changements socio-écologiques majeurs. L’œuvre d’art peut également offrir une autre temporalité, une ralenti temporaire, et nous propose alors d’autres dynamiques de rapport et de perspective avec la société et la nature.

Agreggator Pourrais-tu partager ici toi trois articles et deux vidéos qui reflètent tes recherches actuelles et/ou des problématiques qui t’inspirent ?

(SY): La revue Hémisphère N° 12, de la peur à la fascination, Céline Bilardo L’ouvert de l’animal et de l’homme, Agamben The influence of human disturbance on wildlife nocturnality, Kaitlyn M. Gaynor

Shirin Yousefi, F57, Kunsthaus Langenthal, Gélatine industrielle, Odor, Haut parleur, 2018

Shirin Yousefi, F57, Kunsthaus Langenthal, Gélatine industrielle, Odor, Haut parleur, 2018

Shirin Yousefi, F57, Kunsthaus Langenthal, Gélatine industrielle, Odor, Haut parleur, 2018

Shirin Yousefi, F57, Kunsthaus Langenthal, Gélatine industrielle, Odor, Haut parleur, 2018

Shirin Yousefi, Bio Mimi Cry, CSS Paris, 2018

Shirin Yousefi, Bio Mimi Cry, CSS Paris, 2018

Shirin Yousefi, Bio Mimi Cry, CSS Paris, 2018

Shirin Yousefi, Bio Mimi Cry, CSS Paris, 2018

Cette interview s'inscrit dans le cadre d'un projet de recherche curatorial soutenu par Pro Helvetia.