Carolina Caycedo

Interview
By

Y aura-t-il des douces pluies ? - avec Carolina Caycedo

Interview réalisé à l'occasion de l'exposition "There Will Come Soft Rains"

Bernard Vienat (BV) Que signifie pour toi l'idée d'un monde non humain ? Vois-tu cela comme une proposition artistique inspirante ou comme une possibilité réelle dans un avenir proche ?

Carolina Caycedo (CC) : C'est un monde où nous comprenons que les processus de représentation et de production de la connaissance ne sont pas exclusivement humains. Un monde non humain est un monde pluriel où de nombreux mondes sont possibles, au lieu d'un univers où tout est déterminé par l'expérience humaine colonisatrice des hommes blancs. Dans beaucoup d'endroits d'Amérique latine, le fait que la terre soit un sujet de droits est une manifestation plus institutionnelle. Nous pouvons citer deux exemples, la mention des droits de la terre dans la constitutions de la Bolivie et de l'Équateur, et le fleuve Atrato en Colombie qui a également acquis des droits légaux. Mais si tu regardes le quotidien des communautés indigènes et rurales des régions andines et du bassin amazonien, entre autres, tu trouveras des mondes post-humains, où l'eau, les roches, les pierres, les émeraudes, les poissons, le maïs et autres esprits non humains sont considérés comme des agents sociaux actifs dans la politique sociale quotidienne de la communauté. Le sociologue colombien Arturo Escobar l'appelle "Pensamiento de la Tierra" (Pensée de la Terre), il se matérialise au travers de larges mouvements populaires, dans tout le continent; des convictions qui sont basés sur leur relation unique et constitutive avec la nature locale et leurs terres origines. Pour ces communautés, les rivières, les montagnes, voire la forêt sont comme une famille, et elles prennent une part active dans les efforts collectifs de résistance territoriale contre les industries extractivistes. Par exemple, une rivière peut déborder pour arrêter la construction d'un barrage ou le sol peut trembler pour compliquer l'exploitation d'une mine. Donc, en fait, je pense qu'il y a des mondes non humains qui se manifestent aujourd'hui et depuis des millénaires, mais les structures coloniales et extractivistes ont fait beaucoup pour les effacer.

(BV) L'exposition s'appuie sur un récit qui définit un contexte spécifique pour les artistes et les visiteurs ainsi que pour le programme de formation complémentaire. Selon toi, quelles implications pourrait-on tirer de l'exposition de tes oeuvres dans ce contexte ? Penses-tu que cela pourrait générer de nouvelles lectures de ton travail ?

(CC) : L'exposition propose une perspective futuriste sur mon travail qui me stimule. Mes recherches se concentrent sur certaines études de cas qui se déroulent au fur et à mesure que j'écris, alors même pour moi, me permettre de faire un pas en avant et de regarder en arrière dans ce que nous appelons le présent, ouvre un espace pour imaginer des aspects du travail et du scénario spécifique que je regarde, que je ne pourrais voir, si je ne faisais pas ce bond dans le futur.

Carolina Caycedo, “Esto No Es Agua / This Is Not Water”, 2015

Carolina_Caycedo, "Esto No Es Agua / This Is Not Water", 2015 und Foresight Filaments, 2018, Installation view basis 2018, courtesy the artist and instituto de visión, Bogotá, Photography: Günther Dächert

(BV) : Quel rôle joue la durabilité sociale, écologique et économique dans ta pratique artistique ?

(CC) : Je suis las du mot durabilité. En ce moment, même dans le domaine culturel, les artistes et les institutions parlent de développer des pratiques "durables". Mais c'est un concept coopté par les marchés verts, qui font du "greenwashing" pour tenir en place et nous faire nous sentir mieux face aux modèles prédateurs et destructeurs de désir, de production et de consommation. Je préfère le mot subsistance, je pense que ma pratique a plus à voir avec la nourriture et le soutien.

(BV) : quel niveau l'art pourrait-il, selon toi, contribuer aux changements sociaux et écologiques ?

(CC) : Les artistes ont la capacité de remettre en question les concepts et le langage établis tels que la durabilité, le progrès, le développement et la croissance. Nous pouvons devenir de solides alliés des résistants, en apportant aux mouvements de base notre expertise et nos compétences dans la construction et la déconstruction d'images, en nous engageant dans l'activisme visuel: en déracinant les images oppressantes de la nature et du paysage et en mettant l'accent sur les relations de pouvoir qui ont historiquement médié la relation société/nature.

(BV) : Au cours de la dernière décennie, la liaison entre l'art et la science a été un sujet fréquemment discuté. Dans ce contexte, l'art a souvent été considéré comme un outil efficace pour la production de formes alternatives de connaissance. Qu'en penses-tu ?

(CC) : Je pense qu'il y a beaucoup de potentiel dans les pratiques interdisciplinaires et intersectionnelles, c'est en fait la matrice de la pensée critique. Nous pouvons certainement travailler ensemble vers un nouveau paradigme de l'être humain, la vie, la société, la culture et la nature. Cependant, je ne m'intéresse pas aux études apolitiques, simplement scientifiques ou aux approches des questions environnementales, de même que je ne suis pas intéressée à produire de l'art scientifique. Je veux dire qu'il y a beaucoup de tension entre l'innovation scientifique et l'égalité sociale. En tant qu'artiste, je m'aligne davantage sur la science des gens, ou la connaissance accumulée, qui découle d'une connexion et d'une relation profondes avec son écosystème, et qui se transmet de génération en génération. En ce sens, je suis plus proche d'une généalogie plus latino-américaine de l'écologie politique, où le brassage intellectuel crée des mouvements vivants qui luttent contre les injustices environnementales et travaillent à une construction et une perception du savoir plus robustes.

(BV) : Quelle est l'une de tes vidéos YouTube préférées qui traite d'un aspect particulier de l'exposition (par exemple, le scénario non humain, les facteurs environnementaux ou la durabilité) ?

(CC) : https://www.youtube.com/watch?v=AXz4XPuB_BM J'adore Abuela Grillo (Grand-mère Grasshopper), une animation simple et belle sur la privatisation de l'eau et le pouvoir de l'organisation collective.